The Skye light (Partie 2) and Mallaig’s pocket

Aurélie en mode « dans un autre monde »

Et aussi en mode « même pas vu venir l’alarme du réveil tellement le calme et le silence ont bercé mon sommeil cette nuit-là ».

Alors quand on se réveille devant ça :

la moitié de l’année (puisqu’il faut être honnête, sans  le vent ni la pluie, l’Ecosse, c’est pas l’Ecosse), ça vous forge un caractère. Même l’autre moitié de l’année, avec un soleil à 10 %, ça vous inspire de grands sentiments.

Le lendemain matin donc, le propriétaire, fier descendant d’une branche des Mac Donalds, nous laissa partir à regrets ainsi qu’ à grands coups d’au revoir en français et nous fit grâce de 2 livres sterling chacune sur le prix de la nuitée, toujours sous le charme de ma comparse de voyage, j’ai nommé : Sarah.

Toujours flanquées de Diane et David et toujours en pleine discussion, nous allâmes prendre le bus pour rejoindre le ferry. La mer calmée nous permit de rallier le « continent » sur fond de discussion existentielle. Alors nous sommes montés à bord du :

pour aller jusqu’à :

Mallaig : village de pêcheurs de 800 habitants et le seul coin sur Terre duquel je peux dire que je le connais comme ma poche. C’est bien simple cette bourgade ressemble à une maison à elle toute seule. Il doit y avoir 5 rues maximum où vous trouvez à la suite la coopérative alimentaire, la poste, la banque, la pharmacie, l’hôtel, le restaurant et la gare. Bien que je n’aimerais pas y vivre en permanence, je regarde des photos et je reconnais instantanément un endroit qui m’est très familier. A taille humaine. Puisqu’ici vous connaissez tout le monde. Vous n’allez pas seulement chez la pharmacienne, vous allez chez Cheryl voir si elle n’a pas du neurofen en stock. Vous n’allez pas juste à la poste, vous allez voir Bernie pour lui acheter des timbres.

Notre séjour à Mallaig ne fut pas des plus palpitants car nous nous attendions plus à tomber dans une cité touristique que dans une petite destination de transit côtière. L’auberge était petite… donc l’ambiance était… sympa ! Même si voir nos têtes à la découverte du dortoir de 6 aurait valu son pesant de cacahuètes. Nous dormions donc avec un couple néo-zélandais/édimbourgeoise-polonaise peu amènes mais tout de même prêts à discuter, un néo-zélandais (encore !) chétif parti à la recherche de ses racines sur l’île de Skye et l’île d’Eigg non loin et enfin un Anglais qui faisait le tour du pays en vélo. Je vous jure que c’est vrai…

Nous avons donc passé la soirée avec un Néo-zélandais qui a réussi à me faire douter de mes capacités de compréhension anglophones tellement il marmonnait timidement devant nous et qui trouvait que le village était trop peuplé…, un Anglais (qui n’était pas surpris de nous voir jouer, nous françaises, aux cartes) dont les bagages de vélo ont semblé  exploser lorsqu’il lui a fallu trouver son pyjama et un couple peu affable (endormi à 21 h, ??!!!) mais qui a réussi à voir le lever de soleil et donc à me réveiller à temps pour une balade matinale durant laquelle je croisais des écoliers non contents d’aller être éduqués, encore moins contents de croiser une foutue touriste avec le sourire aux lèvres et son appareil photo à 8h du mat’. Instant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s