Glasgow, the end of the Scottish trip

P1000771

Aurélie en mode fin de voyage (photos 5 à 9 par S. Quad.)

Reprenons donc là où nous nous en étions arrêtées… Au départ de Mallaig, après avoir une ultime fois dit au revoir à Diane et à David (dans un si petit village, on se croise souvent dans une journée), nous avons pris le train pour Fort William, mais pas n’importe quel train :

Hogwarts Express

Les fans reconnaîtront. Nous étions en voiture G. Seul petit problème : arrivées au bout du quai, toujours pas de voiture G en vue. Le quai se transformait en voie ferroviaire sous nos pieds. Again, what’s the problem exactly dear? T’as qu’à reculer, prendre la voiture D et continuer à l’intérieur du ver de fer. C’est ce qu’on a fait, pour finir par s’asseoir en face d’un couple de Philadelphie, la cinquantaine argentée. Le voyage entrecoupé de petits discussions avec nos voisins d’en face (oui, parce que j’ai encore ouvert ma chatter box) et de morceaux de gâteau à mi-chemin entre la pâte sablée sucrée et le caramel au beurre salé granuleux, nous admirâmes le paysage typique des Highlands, le même que depuis quelques jours mais on ne s’en lassait vraiment pas. Puis, nous arrivâmes sur un « petit » pont, que certains reconnaîtront également…

Hogwarts Express

Nous sommes également passées dans des tunnels de pierre, et la fumée de la locomotive à vapeur s’est engouffrée par toutes les petites fenêtres ouvertes. De quoi finir intoxiquées au charbon assez rapidement, je dois l’avouer.

Enfin, nous débarquâmes à la gare de Fort William, où, Mesdames et Messieurs, si vous souhaitez soulager votre vessie avant le trajet de 3h en bus vers Glasgow, il faudra vous acquitter de la modique somme de 40 centimes d’euros et  passer en dessous un portique pour sortir (c’est toujours mieux que de prendre l’option « arrêt dans la pampa avec risque que le car se tire avant que vous ayez fini votre affaire »).

P1000795

Je vous avouerai qu’en quittant toute cette nature, si immense, si majestueuse, si brute dans ce qu’elle a de plus apaisant, sans folie humaine, car c’est bien elle, la nature, qui règne en maître ici, et qui tient ses habitants dans la paume de sa main et non l’apparence de l’inverse ;  qu’en sillonnant les vaisseaux noueux du cœur de l’Ecosse dans un car avec 5 personnes, dans la pénombre de la nuit tombante, des buissons rougeâtres, je n’en menais pas large, alourdie par la nostalgie précoce des paysages qui défilaient mais qui me manquaient déjà. J’en voulais plus. Je n’étais pas encore du tout rassasiée de ce phénomène qui balayait toute confusion pour rendre les choses de la vie très simples. La seule idée, et non des moindres, que j’emportais avec moi et qui m’a tenue chaud pour le retour est que j’avais trouvé un endroit où respirer. Et qu’un jour, peut-être, si j’en ressentais le besoin, j’aurais au moins un endroit où aller pour une grande bouffée d’air.

IMGP3507

En résumé, je n’arrivais pas sous les meilleures hospices à Glasgow. D’autant que, plus la route défilait, plus je me rendais compte à quel point la nature perdait du terrain. Attention, passer d’une bourgade de 800 habitants à une métropole de près de 600 000 habitants peut faire un choc. C’est donc au milieu des immeubles et des rues bétonnées en pleine nuit que nous avons débarqué à Glasgow. Notre auberge de jeunesse s’annonçait comme un grand centre international de djeun’s. Grande auberge… petite ambiance. C’est la règle. Et ça s’est vérifié. Peu de contacts avec le groupe d’Allemands aux « tartines » beurrés du soir au matin (dans cet ordre) dans la grande cuisine, ni avec l’Indien qui cherchait (trop) désespérément des amis.

Par contre, grosse surprise en rentrant dans la chambre. Lit deux places hyper confortable et propre, douche et toilettes dans la chambre, petit lavabo individuel, serviettes fournies et télé ! Le palace pour la moitié du prix de la chambre à 6 de Mallaig ! Bon, quand je dis « palace », faut bien remettre en contexte : nous sortions d’une semaine d’auberges inégales et de douches à prendre avec des gants. Donc grosse reprise de morale en regardant X Factor et Britney Spears dégommer quelques candidats qui n’ont visiblement pas un ami pour les aider (c’est-à-dire : leur faire comprendre qu’ils chantent faux). Oui, je sais, après ce que je viens de dire sur les Highlands et la nature, c’est minable de parler d’un télé-crochet. On se console comme on peut.

IMGP3538

Moins drôle (enfin ça dépend pour qui) : la douche typiquement britannique, à savoir qu’il nous fallait tourner la grosse molette qui part du bleu au rouge (et donc vous l’aurez compris : de l’eau glacée à l’eau brûlante) pour avoir de l’eau à température correcte. Mais cette fois-ci, en plus du choc thermique, le débit de l’eau tenait plus de la lance à incendie ou du jet de spa (celui censé vous masser la graisse et la cellulite en profondeur avec la madame à 3m50 de vous)que de la douce pluie d’été. En Bref, vous vous trouvez coincée dans 50 cm2 d’espace avec le flux dans la face (et plus précisément sur la zone très « robuste » du plexus). Traduction : après m’être fait marteler la gorge à l’eau glacée puis brûlante tout en gesticulant comme un phoque sur la banquise et après avoir passé une demi-heure avec la poitrine en feu (je ne suis même pas sûre que c’était bon pour la circulation sanguine à ce niveau), sans scrupules pour le sol inondé de la piscine de notre salle de bain, j’ai zappé la douche du lendemain et ai opté pour la toilette de chat au lavabo.

IMGP3547

Le lendemain, honte sur moi, nous n’avons arpenté « que » le centre-ville. Mon but n’était pas très culturel pour ce dernier jour. Je voulais surtout ratisser Primark (ndlr : un magasin de vêtements), centimètre carré par centimètre carré, et c’est ce que j’ai fait jusqu’à ce que le carré bleu dans mon porte-feuille craigne de pâlir plus que de raison et que ma conscience de fourmi lafontainoise n’arrive à la rescousse pour endiguer ce shopping spree.

Nous avons quand même un peu visité la ville et tenté en vain de visiter la cathédrale qui fermait à… 17h. Heureusement que Sarah est restée un jour de plus pour vous faire profiter des magnifiques photos qui ont illustré cet article au hasard.

IMGP3523

Ainsi se clôt donc ce chapitre sur l’Ecosse. Un voyage de peu de repos, mais fait de plein de rencontres que je n’aurais jamais pu faire en restant dans mon canapé, plus qu’une respiration, une inspiration.

IMGP3577

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s