Hit the road, if you’re missing home

On The rRad Again® -Aurore Thomas - Tous droits réservés - Courtesy of Aurore Thomas - All Rights Reserved®(Photo par Aurore Thomas – Tous droits réservés)

Aurélie en mode On The Road Again

Sur ma route, je croise un panneau : attention. Sur la route, certains disent qu’il ne faut pas regarder dans le rétroviseur, qu’il faut choisir sa voie et filer (droit ?) comme le vent. Qu’il faut aller de l’avant et bien négocier ses virages car sinon, vous vous faites prendre au tournant et direction droit dans le mur. Qu’il faut connaître ses priorités pour ne pas les griller, ne pas faire fausse route et aussi éviter de se perdre. La route est longue, semée d’embûches, de pentes glissantes, de faux plats et de dos d’âne qui secouent bien. Il faut s’adapter à la route mais ne pas la laisser déterminer sa conduite et ne pas se contenter de faire comme on nous a appris à rouler.

– C’est par là.

Il existe des routes que personne n’aurait pensé que vous prendriez, jamais. Ils ne s’y attendaient pas. Et cela fait du bien d’emprunter ces chemins quand, au final, ça roule pour vous, contre toute attente, à contre sens. Certains choisissent de tourner dans la direction opposée des routes qu’on leur a indiquées. D’autres suivent les mêmes chemins que ceux qu’ils connaissent consciemment ou non depuis des années et qu’ils ont vu prendre. D’encore fuient les sentiers battus de leurs ainés et proches. Détours et des tours plus tard, parfois arrivant à destination, là même où ils ne voulaient pas atterrir.  Certains vous enverront sur des mauvaises pistes ou vous fourniront de fausses indications pour plusieurs raisons ; eux-mêmes perdus et/ou désireux que vous ne trouviez pas votre chemin, eux-mêmes empruntant cette voie et se réjouissant de voir grossir la file pour se persuader que c’est la bonne route. Certains vous diront que les itinéraires sont embouteillés, qu’il ne faut pas aller par là, que c’est une impasse, que le chemin est impraticable sans guide ni pass spécial pour franchir les barrages et postes de contrôles, là où il ne faut pas montrer feuille blanche, que vous seriez un bel idiot de penser que cela vous mènera jamais quelque part. Et même si cela ne vous emmène pas très loin, le tout n’est-il pas d’en revenir avant de s’embourber totalement ? Et si ça démarre bien pour vous, au pire de votre voyage, vous risquez bien d’atterrir à votre point de destinée. De quoi obtenir son permis sans carburer à l’arrière pensée.

– T’es à plat. Fais le plein.

Malgré tout, même sur la bonne voie, il faut savoir demander son chemin car les GPS et les vieilles cartes routières peuvent parfois êtres brouillées, confuses ou non mises à jour car une chose est sûre, chacune d’entre elles est unique pour chacun. Certains tournent en rond un bon bout de temps avant de trouver leur arrivée. Certains font demi-tour, certains restent bloqués à des carrefours, certains attendent que le feu rouge passe enfin au vert pendant que d’autres se concentrent sur les panneaux indicateurs ou les ignore totalement.

Ceux qui ont la chance de prendre l’autoroute avec voiture et péages pré-payés,  qu’ils ne confondent pas cette allée ouverte avec un raccourci à travers champs qui pourrait bien les conduire à n’y trouver aucun sens et à manquer de moteurs. Les fous du volant, eux, se lancent plein pot, ils ne voient pas les injonctions de ralentir, encore moins les panneaux STOP et ne se soucient que peu des autres.  Ils foncent droit dans le décor. Ou s’arrêteront-ils un jour pour admirer l’ampleur du paysage manqué ?

– T’as changé la direction ?

Le manque d’orientation est cruel. Un bon co-pilote essentiel. Distances de sécurité et aires de repos sont vos alliés. Quitte à se faire doubler à différents passages à niveaux, mieux vaut ne pas s’impatienter dans la nuit plein phare. Les antibrouillards vous sortiront du flou et que sais-je encore, en roue libre…

–  Où veux-tu aller ? me demanda-t-il.

–  Je ne sais pas, répondis-je.

– Ne saute pas sur les freins.

A dire vrai, j’avais peur que tous les chemins que je pourrais prendre ressemblent furieusement à ceux que j’avais déjà empruntés ou même croisés. Et ça, c’était vraiment à en caler sur place au milieu de, ce qui semblait être, nulle part.

Publicités

3 réflexions sur “Hit the road, if you’re missing home

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s