« Laisse le vent emporter tout »

forrest

Aurélie en mode plume au vent

J’ai récemment regardé l’intervention d’Elizabeth Gilbert lors d’une conférence TED où elle parlait de l’inspiration et des différentes formes que les différentes civilisations avaient donné à ce « phénomène » pour le rendre explicable (et… supportable puisque le concept actuel d’imputer la responsabilité entière d’un succès ou d’un échec sur un seul petit esprit humain peut avoir divers effets  néfastes). Les Romains et les Grecs de l’Antiquité parlaient d’une entité divine inspiratrice extérieure. Les Grecs la désignaient comme un « démon » (ce qui n’est pas très éloigné de la notion actuelle, et ce depuis la Renaissance, qui veut que l’art inspiré soit forcément torturé). Les Romains pensaient qu’un petit génie vivait dans les murs d’un atelier et que ce petit être apparaissait pour souffler tout un tas d’idées à l’humain qu’il avait choisi. Je ne vais pas vous détailler tout le contenu de la conférence de celle qui a toute mon admiration, je souhaite juste retenir l’un des exemples mentionnés de ce tour d’horizon de l’inspiration à travers les âges.

Une poète, Ruth Stone pour ne pas la nommer, a dit un jour à Mrs Gilbert qu’elle sentait venir une idée comme un vent de tonnerre qui tempêtait et soufflait jusqu’à arriver à elle et qu’il fallait qu’elle coure « comme une dératée » pour trouver un stylo et la coucher sur le papier correctement avant que ce vent ne la traverse comme l’éclair et s’en aille pour éventuellement « trouver un autre poète » si jamais elle avait échoué dans sa tâche.

Je ne vous cacherai pas que sur le coup, j’ai pensé que cette théorie était encore une explication fumeuse digne d’un intellectuel qui se prend au sérieux dans une émission littéraire tardive au débat abstrait sur une chaine publique pour justifier ses élucubrations de plume. Mais finalement, entre désenchantement et temps de vivre, entre rêverie et souvenir du jour, entre innamoramento et et dernier sourire, je reconnais ce vent dans d’autres et le respire lorsqu’il ne me souffle pas moi complètement.

mymy

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s