Roméo et Juliette : la spirale dégénérationelle

En fin de conte...

Dans un véritable spectacle dont il a le secret, Baz Luhrmann nous brosse un R&J sur fond de guerre des gangs à Rio, à coups de flous artistiques, tour à tour accélérés puis ralentis, dans un décor boosté aux couleurs et lumières criardes, au rythme d’une musique déjantée.
Entre Shakespeare et Luhrmann, il y a des siècles et tout un monde… Un monde d’armes, de bagnoles, de drogue et de faste décadence provocante. Et pourtant, c’est bien la même histoire qui se rejoue ici, encore et encore…
Même si le monde connaît sa leçon – celui qui ignore l’histoire est condamné à la répéter – le risque subsiste : se laisser emporter dans un tourbillon infernal sans comprendre le pourquoi du comment et se perdre sans avoir eu une chance de se trouver. Il faut donc revenir aux origines, à la genèse, et commencer par se poser une question qui tourne…

View original post 1 986 mots de plus

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s